Menu Top

Deux étudiants du GETT se lancent dans la Tech culture

Gabrielle Andriantsilaniarivo et Hugues Eichinger sont tous les deux en dernière année du MiM Global Economic Transformation & Technology à Haas School of Business, UC Berkeley en Californie. Tous deux passionnés de musique, ils ont créé NODE, une plate-forme de livestream pour les artistes musicaux. Ils sont accompagnés par CANnovate, un programme international qui aide à la création d’entreprise.

Télécharger la brochure

Brochure

Written on 04 mar 2021.


 

Où en êtes-vous du parcours au sein du MiM Global Economic Transtormation & Technology ? De quel cursus étiez-vous issus ?

Gabrielle : Nous sommes tous les deux dans la deuxième promotion du parcours GETT et nous sommes actuellement en dernière année d’étude à Haas School of Business, UC Berkeley en Californie.  

Hugues : Nous avons tous les deux fait une classe préparatoire avant d’entrer à l’EDHEC. Gabrielle a fait une classe préparatoire ECE à Ipésup et moi, j’ai fait une classe préparatoire ECS à Notre-Dame-du-Grandchamp. 

Qu’est-ce que NODE ? 

Gabrielle : NODE est une plate-forme de livestream qui permet de donner plus de sens à la relation entre les artistes musicaux et leurs fans.  

Les artistes peuvent partager en live le contenu qu’ils souhaitent. Cela peut-être des concerts et aussi, des séances d’enregistrement, des sessions en studio, des tournages de clip... Les fans peuvent suivre en live le quotidien de leurs artistes préférés et interagir avec eux et les autres fans à travers un chat, des badges ou du merchandising virtuel. 

Hugues : L’idée derrière NODE est de permettre aux artistes d’avoir une source de revenus supplémentaires et de mieux connaître leur fanbase. NODE permet aussi aux fans de continuer à soutenir leurs artistes préférés et à partager leur passion commune. 

Comment vous est venue l’idée ? 

Gabrielle : Nous sommes tous les deux musiciens et passionnés par la musique.  

Depuis le début de la crise du Covid, c’est très difficile pour nous de voir des artistes lutter pour s’en sortir et de ne plus aller pouvoir les soutenir en concert.  

Nous voulions trouver un moyen de rester en contact avec eux et leur permettre d'avoir une source financière stable.  

Hugues : Lors de notre semestre à Séoul, Corée du Sud, nous avions découvert que certains artistes restent connectés avec leurs fans grâce à des applications comme Vlive ou Weverse.  Nous avons donc pensé qu’il serait intéressant d’avoir le même genre de service en Europe et aux Etats-Unis, adapté aux occidentaux. 

Comment vous répartissez-vous les rôles ? 

Gabrielle : Nous avons deux profils différents et réunissons des expériences complémentaires à la fois dans l'industrie de la musique, le développement de start-ups et la conception de sites web. Je m’occupe de la partie développement produit et expérience client. Je gère le design et améliore la plate-forme en fonction des retours des artistes et des fans.    

Hugues : Je m’occupe de la partie business. Je me charge de développer notre base d’artistes et de professionnels de l’industrie.  

En quoi ce projet s’articule-t-il avec le MIM GETT ?

Gabrielle : Le programme GETT nous a donné depuis la première année à Paris des clés de lecture pour mieux comprendre les transformations qui nous entourent et arriver à saisir et évaluer les opportunités qui se présentent à nous.  

Hugues : Notre projet s’inscrit par exemple dans la transformation de la « passion economy » que nous avions étudié en cours. Avant pour vivre un artiste devait avoir des millions de fans qui rapportaient chacun quelques centimes d’euros via la pub. Aujourd’hui, grâce à des plateformes comme Twitch ou Patreon, les artistes n’ont besoin pour vivre que d’une centaine de personnes amatrices de leur travail et qui vont chacune être prête à dépenser plusieurs dizaines voire plusieurs centaines d’euros par mois pour accéder à leur contenu. 

Gabrielle : Plus globalement, le réseau cumulé des trois écoles (EDHEC, SKK, UC Berkeley) est aussi un véritable atout pour contacter des professionnels et développer notre projet.  

Vous avez été choisis pour participer à CANnovate. De quoi s’agit-il ? Comment se sont déroulées les sélections ? Pourquoi avoir candidaté ?  

Gabrielle : CANnovate est le premier programme international qui aide à la création d’entreprise en accompagnant des entrepreneurs qui, comme nous, n’ont pas de bagage technique. CANnovate nous accompagne sur tout le développement technique de notre produit à travers des outils développés en interne et des conseils de développeurs. C’est aussi l’occasion de partager nos avancées avec d’autres entrepreneurs situés partout dans le monde et de recevoir des conseils de leur part.  

Hugues : Pour candidater nous avons d’abord rempli un questionnaire qui expliquait notre projet et nos avancées. Ensuite nous avons été sélectionnés pour passer un entretien avec l’équipe de CANnovate. Á l’issue des entretiens, seulement 10 start-ups ont été sélectionnées pour un programme intensif de 12 semaines. Á la fin de ce programme notre équipe doit être capable de présenter un MVP (prototype). Seulement 5 start-ups sont ensuite sélectionnées pour continuer sur le long terme avec CANnovate. En échange, CANnovate prend des parts au sein de l’entreprise. 

Vous êtes en dernière année du MIM GETT à Berkeley. Que vous apporte cette intégration à un écosystème entrepreneurial et la proximité avec la Silicon Valley ?  

Gabrielle : La dernière année à Berkeley nous a permis de nous plonger dans l’univers entrepreneurial. Nous avons des cours d’entrepreneuriat qui nous permettent de mieux structurer notre projet.  

Hugues : L’état d’esprit de nos professeurs et des personnes que nous avons pu rencontrer au sein de la Silicon Valley nous motivent aussi énormément à poursuivre notre projet. 

 

En savoir plus sur le MiM GETT

A voir également

Tour‘ecyclable : valoriser les acteurs de l’économie solidaire
- 13-04-2021
Jérémie Roux et Antonin Feret, étudiants en MSc in Global & Sustainable Business et...
Quand l'enjeu Data se distingue dans les programmes de l'EDHEC
- 02-04-2021
En janvier dernier, deux membres du corps professoral de l’EDHEC, Christophe Croux...
D’une école d’ingénieur au MSc in Finance de l’EDHEC Business School
- 01-04-2021
Quel cursus avez-vous suivi avant d’intégrer le MSc in Finance de l’EDHEC Business...
Concours de la médiation commerciale : victoire des étudiants du L.L.M. de l’EDHEC
- 30-03-2021
Pour la 8e année consécutive, une équipe d’étudiants du LL.M. Law & Tax...