Menu Top

L’entrepreneuriat, une formidable source d’apprentissage

Nouvelle brochure 2023

En savoir plus

Written on 12 juil 2022.


 

Raphaël Macquet et Amaury Lepel Coincet ont co-fondé Zeep. Amaury nous partage son expérience de l’entrepreneuriat à l’EDHEC et nous dévoile son projet de start-up.

 

Votre parcours avant l’EDHEC ?

Après une terminale S à Nantes, j’ai intégré la prépa ECS de Notre-Dame du Grandchamp.

 

Pourriez-vous nous présenter Zeep ? D’où vient ce nom ?

Nous avons choisi ce nom car cela évoquait la rapidité. Notre appli’ « tout en un » permettra de choisir son restaurant, de pré-commander son repas et de le payer à l’avance. Cela permet de minimiser de manière conséquente le temps d’attente au restaurant.    

 

Pourquoi ce secteur de la restauration ? Comment vous est venue cette l’idée ?

L’idée nous est venu quand Raphaël Macquet et moi étions dans un restaurant avant de prendre un train. Nous avons attendu longtemps avant d’être servi et nous avons alors eu un déclic. Le secteur de la restauration étant aussi pleins d’opportunités au vu du contexte de digitalisation actuel, nous n’avons pas hésité.

 

Comment le PGE de l’EDHEC vous prépare-t-il à la création d’entreprise ?  De quel accompagnement bénéficiez-vous ?

J’ai intégré le Start-up Challenge en Master 1 puis le programme CEO for six months pendant mon année d’immersion professionnelle. Ces deux programmes nous ont permis de passer de la phase d’idéation à la conception. Raphaël travaille sur le développement technique et je me concentre sur le développement commercial. Nous avons commencé par sonder 350 personnes, le taux d’intention d’utilisation de l’app est monté à 84% ce qui nous a fortement motivé. Nous avons ensuite réalisé une étude de marché qui nous a confirmé qu’il fallait commencer par nous concentrer géographiquement sur Paris, principalement pour son nombre de prospects et utilisateurs potentiels. En effet, le marché parisien concentre de nombreux établissements de restauration à table mais aussi de quartiers d’affaires dont les travailleurs correspondent aux prospects idéaux pour Zeep. Cette étude de marché nous a aussi permis d’affiner les fonctionnalités principale à mettre en place, le pricing de notre service, les partenariats à développer (avec des logiciels de caisse notamment)…

Le programme d’accompagnement de l’EDHEC nous permet de prendre du recul sur notre projet, de réfléchir à la manière la plus impactante de nous développer, de préparer tous les éléments juridiques de notre dossier (dépôt légal, CGV, CGU, pacte d’associés…) mais aussi de bâtir des documents clés pour des entrepreneurs comme un executive summary pertinent, un pitch deck efficace et un business plan solide. Accompagnés de la sorte, nous pouvons avancer de manière extrêmement dynamique. L’équipe de l’incubateur est toujours prêt à nous aider et est très à l’écoute. Le campus Jean Arnault, moderne, est propice au travail et à l’entrepreneuriat. Je suis d’ailleurs ravi d’y retourner en Master 2 avec le MSc in Entrepreneurship & Innovation.   

Notre objectif à moyen terme est de chercher des fonds auprès de business angels afin de pouvoir développer pleinement l’application pour un lancement en janvier 2023.

Nous préférons prendre le temps de monter le projet lentement que de nous brûler les ailes.         

 

À quelle association apparteniez-vous ?

En Pré-Master, je faisais partie de l’association 5ème set où j’étais membre du Pôle relations partenaires. Bien que nous n’ayons pas pu organiser l’événement du fait du Covid, il fallait maintenir les relations avec les partenaires fidèles et aussi, en démarcher de nouveau. Cette découverte du démarchage a été très formatrice.  En Master 1, j’ai formé les Pré-Master de l’association à cet exercice.

 

Pendant votre première partie de césure, vous étiez dans le programme CEO for six months. Où effectuez-vous votre seconde partie de césure ?

Chez Procter & Gamble en tant que stagiaire marketing produit sur le marché du rasage et de la dépilation manuelle. Ce stage est passionnant et formateur. J’ai la chance de pouvoir travailler sur des projets de A à Z, d’explorer différentes possibilités en matière de communication, de promotion, d’analyser le marché, d’engranger des connaissances des consommateurs… Cela me sera extrêmement utile dans ma future expérience entrepreneuriale.  

 

Un conseil aux étudiants qui veulent entreprendre ? 

Foncez ! Vous n‘avez rien à perdre ! Nous avons la chance dans notre école, d’être entourés par des personnes qui sont là pour nous accompagner, trouver des solutions. L’avenir, c’est nous, c’est vous et les projets que nous développerons et qui forgeront le futur.

Par ailleurs, que votre projet soit ou non un succès. C’est une formidable source d’apprentissage dont les recruteurs sont très friands. Alors il ne faut pas hésiter une seule seconde !      

A voir également

De la filière Business Law & Management au consulting spécialisé
- 28-07-2022
Adrien Veillepeau est un jeune diplômé de la filière Business Law & Management de l...
Le cinéma éco-responsable : trouver l’équilibre entre le beau et le durable
- 26-07-2022
Jimmy Cournil, étudiant du programme Grande École et ancien président ETNA EDHEC...
L’hybridation des compétences : des profils dont le monde a besoin
- 20-07-2022
Tristan-Pierre Maury enseigne l’économie dans le cadre du PGE de l’EDHEC. Il est...
L’entrepreneuriat, une formidable source d’apprentissage
- 12-07-2022
Raphaël Macquet et Amaury Lepel Coincet ont co-fondé Zeep. Amaury nous partage son...